Demande de pardon

Une belle messe aujourd’hui à Tigery. Et c’était un mardi: le mardi est à la fois un jour de silence et, de temps en temps, un jour où il y a une longue pause après l’évangile, pour des réconciliations et des confessions. Avec la présence ce midi des équipes paroissiales du Chemin Neuf de toute la France, la pause pour la réconciliation/confession a été longue.

La confession, tout le monde connaît. Là, ils avaient disposé des chaises sur la pelouse près de l’église, et ceux qui voulaient allaient se confesser.
Mais il y a une deuxième fonction de ce temps, c’est la réconciliation entre frères: on voit alors un frère ou une soeur ccn s’approcher d’un ou d’une autre, et ils sortent tous les deux; je crois que j’en ai déjà parlé, ayant un jour bénéficié d’un tel dialogue.

Je connais plusieurs des prêtres qui étaient présents, et j’ai hésité: est-ce que je vais me confesser? Il faut dire qu’il y a longtemps (5 mois?) que, avec le confinement, il ne m’a pas paru facile de me confesser; et le prêtre ccn que j’allais voir est maintenant parti. J’ai conclu négativement.

Mais c’est ici que l’histoire commence. Devant nous, « extérieure » comme nous, il y avait une amie, qui ne comprenait pas de quoi il s’agissait. Je me suis approché d’elle, et je lui ai expliqué. Et, de fil en aiguille, il m’est venu très naturellement … de lui reparler d’une vieille histoire qu’il y avait eu entre nous, mettons il y a 6 ou 7 ans. Récemment elle nous avait dit, clairement, que c’était cause de quelque chose que j’avais dit qu’elle avait cessé de venir à notre groupe biblique.

Et donc, très naturellement, dans le cadre des explications que je lui donnais sur ce que peut être la réconciliation, je lui ai reparlé de cette histoire, et je lui ai dit que je lui demandais pardon.
C’est tout. J’ai sûrement posé ma main un bref instant sur son bras, et je suis retourné à ma place.

Je m’étais confessé.

Signe…

C’est un signe ancien que je vais raconter ici. Il a été réactivé dans mon souvenir par une lettre reçue aujourd’hui.
Vers 1982, je ne me rappelle pas exactement l’année, j’étais en mission à Lisbonne, pour quelques semaines. Le week end, je décide de louer une voiture et d’aller jusqu’à Fatima.
En chemin, je prends deux soldats stoppeurs, et nous bavardons. L’un s’appelle David, et l’autre Jean.

La voiture tombe en panne. Mes amis regardent: c’est la courroie du ventilateur qui a cassé… Pas de problème, disent-ils, et les voilà qui partent sur le côté, par delà le talus qui longe la route; apparemment dans une zone artisanale ou bien de récupérateurs divers.
Ils reviennent avec une courroie, réparent, et nous repartons! Plus loin nos itinéraires se séparent.

Jean et David! Cela m’avait frappé lorsqu’ils l’avaient dit. Mais j’y ai repensé régulièrement depuis; c’est le genre de petits signes où je vois la main du Seigneur. L’humour du Seigneur disent certains. Les deux testaments. L’amour.

Aujourd’hui au courrier une association m’envoie un cierge, à lui retourner pour qu’il soit déposé à Fatima. Et comme j’ai eu un autre signe du Seigneur ce matin, j’ai pleuré en recevant cette lettre.

Oui, le Seigneur est grand; mais les signes ne sont que pour ceux qui les reçoivent.

J’ai prié pour Joe Biden

Ce matin, j’ai prié pour Joe Biden .
Comme on le fait dans les milieux charismatiques, où on entoure quelqu’un, et où on place les mains au dessus de lui, j’ai prié pour lui .

Il est chrétien je crois, et donc je suppose qu’il prie, lui aussi .
J’ai demandé qu’il ait le coeur et l’esprit ouverts à cette relation avec l’au-delà ; qu’il puisse être accompagné, guidé parfois, par sa relation avec Dieu .

Beaucoup de gens sans doute prient pour lui ce matin ; et je suppose qu’il peut se sentir porté par cette prière .

Une petite note sur la Communauté du Chemin Neuf

Mes amis membres de la CCN corrigeront si nécessaire le bref résumé ci-dessous.

La CCN (Communauté du Chemin Neuf) a au moins sept caractéristiques, dont trois seulement sont communes avec la plupart des autres mouvements charismatiques:

  • Elle est oecuménique.
  • Elle comporte une vie de prière proche du type monastique (chant d’offices au choeur, en aube) – du moins dans une bonne partie des maisons.
  • Les prêtres du Chemin Neuf ne sont pas diocésains: ils font partie de « l’Institut du Chemin Neuf », reconnu par Rome.
  • Elle est de spiritualité ignatienne.

Mais par ailleurs, comme la plupart des autres mouvements charismatiques:

  • Elle est charismatique (évidemment)
  • Elle comprend des célibataires, hommes et femmes, ainsi que des couples.
  • Elle est missionnaire et présente dans de nombreux pays du monde; elle a des membres de nombreuses nationalités.

Etre charismatique, ce n’est pas…

Etre charismatique, au sens chrétien, ce n’est pas avoir des qualités en plus.

C’est avoir l’expérience de recevoir des « dons » – des cadeaux!  – du Seigneur.

C’est Lui qui donne! Quand il veut.

Le groupe des disciples…

A l’époque de Jésus, un habitant de Palestine pouvait rencontrer un jour, dans sa ville, un des « soixante-douze » disciples envoyés par Jésus (Luc 10). Et il pouvait lui-même devenir disciple.
Ces disciples faisaient des miracles. On pourrait dire – avec l’évangéliste Jean – que, comme Jésus, ils faisaient des signes.

Depuis plus de cent ans maintenant, l’Esprit Saint s’est révélé d’une façon renouvelée, et a fait des disciples. Je suis maintenant un de ces disciples. Et l’Esprit continue, en attendant que je puisse, comme on nous y a encouragés hier, faire des guérisons ou autres « signes », à me donner de petits signes.
Ce fut le cas hier soir, où une soeur du Chemin Neuf était au groupe de prière, de façon absolument inattendue, venant de Nazareth où je l’avais rencontrée. Or, au cours de l’après midi d’hier, la vierge Marie avait été très présente dans ma prière, d’une façon nouvelle, …

Nazareth pour moi, c’était, et c’est de façon évidente, Marie. Le point de départ de la révélation nouvelle. Ce fut pour moi le point fort du voyage en Terre sainte.

A Nazareth en Galilée
L’ange de Dieu vint annoncer :
« Réjouis-toi Vierge bénie
Cachée à l’ombre de l’Esprit. » (Chant CCN)

Faut-il témoigner? Il me semble que oui.

Souffle d’en haut…

Notre vie de foi utilise inévitablement, je pense, des images.
Pour ma part je n’hésite pas à me représenter à l’occasion, comme s’il était visible, tel ou tel fait « de l’au-delà »: par exemple Jésus venant à côté du prêtre à l’autel; ou encore, en regardant le plafond de la chapelle pendant la messe de semaine, j’imagine que ceux que nous avons connus sont là, et nous regardent; et nous aiment (voir ici).
Nous sommes reliés au ciel; et j’aime utiliser des images sur lesquelles je peux m’appuyer dans ma vie spirituelle.

C’est ainsi qu’a débuté il y a quelques jours ma réception du baptême dans l’Esprit.
J’étais allongé sur le dos, et j’ai imaginé quatre personnes précises, décédées, très chères et bien différentes l’une de l’autre, qui étaient « là haut » au dessus de moi, et qui ouvraient en quelque sorte une portion du voile qui nous sépare des réalités supérieures. Chacune tenant un côté d’un carré formant ouverture, l’Esprit pouvait venir sur moi avec puissance, par l’espace ainsi ouvert. C’était un souffle, descendant un peu comme si c’était un tuyau souple.

Cette image m’est restée, et je l’ai réutilisée ensuite. Mais ce jour là, c’est allé plus loin, c’est à dire que j’ai demandé à ces personnes d’ouvrir plus grand l’espace, pour que tout mon corps en bénéficie. J’étais, je crois, les bras en croix, et j’ai demandé à l’Esprit de venir complètement en moi.

Et j’ai imaginé depuis que chacun d’entre nous peut ainsi bénéficier de personnes qui dirigent sur lui un souffle d’Esprit vivant !

Allant plus loin, je me suis représenté les liens qui pourraient exister, dans l’au-delà, entre ces tubes qui descendent nous faire vivre dans l’Esprit. Ainsi, par rapport à une personne avec qui j’ai un peu de mal, j’ai imaginé un lien entre mon « tuyau » et le sien: j’ai pensé à une sorte de connexion entre ces deux tuyaux. La paix s’est établie en moi: un lien spirituel fort, une relation dans l’Esprit, commençait à exister entre elle et moi (même si moi seul la visualise ainsi; la ressent ainsi).

Cela s’applique à toute relation avec une autre personne. Aujourd’hui par exemple il m’est arrivé, tandis que j’étais avec quelqu’un, de visualiser intérieurement cette liaison forte existant entre nous par cette communication des « tuyaux ».
Un état de prière permanent s’est établi.

Je me ressens maintenant comme relié à toute personne que je vois; avec qui je parle.

P.S. le 11.12.19: Voir un excellent article, notamment sur l’effusion de l’Esprit, en http://renouveau.bm.over-blog.com/pages/LE_BAPTEME_DANS_LESPRIT-1154893.html

Sur le blog principal: « Comment.. »

« Comment peut-on être charismatique? »

« Il n’est pas ici! » (Retour de Terre Sainte)

Je viens de passer une brève semaine à Jérusalem et Nazareth.
Avant de partir déjà, cette phrase des anges me travaillait: « Ne cherchez pas parmi les morts celui qui est vivant! » (Luc 24,5 et parallèles)

Et c’est un bouleversement spirituel qui s’est produit pour moi là bas. Certes, il n’est plus présent dans ces lieux saints, mais il y a été présent ! Et Marie sa mère aussi.
Ils ont marché sur ces chemins ! C’était leur pays; c’est là qu’ils ont vécu! Dans ce pays où j’ai marché à leur suite.
Des pleurs abondants m’envahissent quand j’y pense.

Ma prière est devenue, depuis le retour, beaucoup plus fréquente; dans la paix.

Présentation du réveil charismatique

C’est un billet que j’ai placé sur mon blog principal.
http://www.plestang.com/blog/2019/le-reveil-charismatique-presentation