Archives mensuelles : septembre 2012

Une chose est d’être convaincu que Dieu est intervenu dans ma vie, et intervient assez fréquemment en me donnant de petits signes; une autre est de trouver quand et comment en témoigner ou non, face à des interlocuteurs.
On se sent prétentieux de dire: c’est Dieu qui m’a conduit à faire ceci, c’est Dieu qui a donné les coups de pouce pour que telle chose se fasse.
Une des règles qu’il me semble utile d’appliquer est que ce que l’on dira ait un sens pour ceux à qui l’on parle. Dire « C’est le Seigneur qui a conduit à cela, qui a fait ceci » ne peut pas être dit, me semble-t-il, à n’importe qui. Il faut que cela ait un sens pour l’autre (charité), et non pas simplement qu’on « ose le dire ».
(J’ai l’impression d’avoir déjà écrit ceci ailleurs: mais qu’importe – cela mérite peut-être d’être dit éventuellement deux fois).

Un peu dans le même esprit (si je puis dire!!), alors que je félicitais récemment le secrétaire d’une association pour la façon dont il avait mené une discussion, il a eu à peu près cette phrase: « Il faut se préparer; c’est, disons-le, porté par l’Esprit Saint ». C’était la première fois que je l’entendais témoigner ainsi: de sa prière; et du fait qu’il pense que le Saint Esprit a aidé à ce que la discussion se passe bien. Grande joie pour moi, d’entendre cela, et aussi qu’il ait ainsi témoigné, devant les quelques amis qui étaient là.

Publicités