Archives mensuelles : mai 2014

Deux « idées spirituelles » qui se sont reliées aujourd’hui.

D’abord, et tout simplement, je m’efforce depuis quelque temps de voir toute personne autour de moi comme apportant de l’amour: je la regarde avec ce plaisir que l’on a quand on voit quelqu’un qui apporte l’amour – quelles que soit son apparence, son attitude, etc., y compris éventuellement hostile. Il ne s’agit pas de lui sourire, mais d’avoir, intérieurement, plus qu’un « préjugé »: une certitude d’amour. Cette personne est amour; elle est chemin d’amour, et je m’en réjouis intérieurement . Ma relation avec cette personne s’apaise.

L’autre idée m’est venue après avoir lu un témoignage de « NDE » (expérience aux frontières de la mort) dans l’excellent livre « Deadline » de Jean-Pierre Jourdan, dont je rendrai compte sur mes sites un jour ou l’autre puisque je prépare un exposé que je dois faire sur lui.
Dans ce témoignage (p. 570-571) la personne explique qu’elle a vu sa propre vie passée comme une espèce d’objet quadri-dimensionnel: une « forme oblongue », dont elle pouvait revoir chaque moment.

Et à la messe, ce soir, j’ai regardé chacune des personnes présentes comme étant une telle « forme » d’amour en progrès: comme étant une sorte de coulée, de câble d’amour (son passé, son présent) qui était là et allait continuer à sinuer et à avancer.

Et tous ces « câbles » ensemble s’entremêlent et constituent la trame de notre humanité collective en recherche, en chemin, chaque « câble » étant la présence lumineuse de quelqu’un: comme une coulée (je pense aux coulées de lave; mais elles vont au hasard, alors qu’ici chacun mène son propre itinéraire). Chacun avance, est la tête lumineuse de ce câble sinuant qu’est sa vie passée et présente, tressée avec celles des autres.

Publicités