Les sept semaines de préparation au Baptême dans l’Esprit s’achèvent ce soir. Nous sommes 5 à avoir suivi ce temps de préparation, et ce soir nous demanderons à recevoir plus pleinement l’Esprit Saint, comme un certain nombre de chrétiens le reçoivent depuis les années 1900.

Ce fut pour moi une période où j’ai eu le sentiment d’être porté: de recevoir peu à peu toujours davantage, de vivre toujours plus dans la paix et la clarté. D’être dans l’Esprit.

Le principe d’une préparation en 7 semaines me paraît excellent: avec à la fois des textes bibliques à méditer (un différent chacun des 50 jours), des textes de fond comme celui-ci, et un (léger) accompagnement spirituel.

Je ne suis plus le même qu’il y a sept semaines.
Qu’est-ce que j’attends du « baptême » de ce soir? Rien et tout!  Comme un fiancé connaît déjà sa fiancée, je sais déjà en quelque sorte vers qui je m’engage. Ce sera nouveau, mais sur la base de ce que je sais déjà.

Parlerai-je en langues? On m’a expliqué depuis assez longtemps que cela n’avait rien d’obligatoire (les exceptions sont assez rares cependant), ni d’immédiat. Paul explique d’ailleurs que c’est le plus petit des charismes.

Nous sommes cinq, mais, si je puis dire, nous passerons individuellement. On me posera 3 questions, que je tâcherai de bien me rappeler. Je sais que l’une d’elles est (justement) d’accepter les charismes que le Seigneur choisira de me donner. Les frères et soeurs (une quarantaine dans ce groupe) me donneront éventuellement une parole qu’ils auront reçue pour moi. On me remettra un petit document récapitulant les paroles, textes et images reçus: pour moi seul. Puis ce sera le tour du suivant (de la suivante – il y a 4 femmes, je suis le seul homme).

Je vais aller à la messe dans un quart d’heure… L’évangile d’aujourd’hui (mardi de Pâques B) est justement Actes 2,36-41 : le discours de Pierre le jour de la Pentecôte. C’est aussi le texte par lequel je conclus mon livre « Le royaume de l’amour ».

Alleluia!

Publicités